1/18
night-clouds-trees-stars.jpg

Mot de la semaine

Billet pour st Martin

 

Après N-D de Paris voici l’incendie de la cathédrale  de Nantes (En dix mois onze édifices chrétiens  ont brûlé en France). Imaginez la souffrance des Nantais. Si l’église St Martin était la proie des flammes détruisant l’orgue et le chef- d’œuvre d’Etienne Tribolet, la verrière pascale, personne ne resterait indifférent. Même si la chapelle de Frassem brûlait, les habitants seraient  marris de ne plus entendre les cloches. Du temps du bon pasteur, Jean- Marie Boxus, il y a plus de 60 ans, la chapelle était remplie le dimanche. Depuis les années 60 l’anorexie eucharistique des chrétiens est de plus en plus répandue. Les gens  n’ont pas vu le ciel leur tomber sur la tête quand ils ne sont plus venus à l’église. La colère divine ne s’est pas déclenchée… alors pourquoi continuer à venir? Dans l’évangile de Jean  le même phénomène se passe. Après le signe des pains abondamment partagé, Jésus refuse d’être un messie « politique » et les gens partent. C’est l’échec. Jésus demande à ses proches : allez-vous me quitter vous aussi? Pierre dit sa foi et reste avec Jésus. Voilà, la question est posée, aujourd’hui aussi. Les invités ne viennent pas même si le festin est prêt. Méprisent- ils le menu de « Celui qui se donne » ? L’Epoux est là et attend l’Epouse pour célébrer les noces. Viendrons-nous ?  

                                                                      Jean-Marie Piron

Pascal ROGER,

nouveau doyen d'Arlon

 

Le dimanche 20 septembre nous accueillerons à

St-Martin, notre nouveau curé-doyen Pascal ROGER.

Né en 1971, Pascal est originaire de Pondrome et

est le dernier d’une fratrie de 3 garçons et une fille.

Il a été ordonné prêtre en 1997. 

Après quelques années à Dinant, il est devenu doyen de La Roche en 2004 et délégué épiscopal pour le Chantier Paroissial depuis 2011. Il continuera comme membre de cette équipe et nous aidera d’autant mieux à poursuite la mise en route notre unité pastorale.

A La Roche, il était fort apprécié pour son dynamisme, son ouverture d’esprit, son authenticité, sa convivialité, son esprit de décision et son engagement.

L’abbé Roger MALDAGUE, qui vient de prendre sa retraite à 80 ans, l’accompagne à Arlon où il ne manquera pas de rendre encore quelques services.

Bienvenue à tous deux ! 

 Homélie 24e dimanche du temps ordinaire A

Frères et sœurs, le pardon est au cœur de la liturgie de ce dimanche. Pardonner, qu’est-ce que cela veut pour nous ? Pardonner est une chose sérieuse, humainement difficile, voire impossible. Nous nous trouvons sans doute confrontés à des situations qui nous placent entre la rupture et le pardon. Le conflit, on le trouve en famille, entre frères et sœurs, entre parents et enfants, dans le couple. Les amis vivent des tensions qui peuvent dégénérer. Dans le quartier, des voisins ne se parlent plus, voire même dans nos communautés. Dans la vie professionnelle ou politique, on manie la hache de guerre. 

Lire la suite...

NEWSLETTER

                        automne 2020

https://rcf.be/wp-content/uploads/2014/12/Programme_NAMUR.pdf

 

             ARLON - librairie CDD d’Arlon le 28 septembre prochain de 12h30 à 14h

 

 

Rassemblement des Pèlerinages Namurois à Beauraing

le dimanche 04 octobre 2020

sous la présidence de Monseigneur Pierre Warin, Evêque de Namur

L’histoire de la présence des jésuites à Arlon: une expo au Musée Gaspar.

Le Musée Gaspar d’Arlon accueille depuis quelques jours, et jusqu’au 3 janvier 2021, une exposition consacrée à la présence des jésuites à Arlon. Intitulée ''Ad maiorem Dei gloriam: les jésuites à Arlon (1855-2001)'', elle présente du matériel liturgique ancien, des bannières, des documents d’archives, des photos et des témoignages, qui permettront de retracer l’histoire de la Compagnie de Jésus à Arlon, ainsi que son engagement social pendant près de 150 ans.

C’est lors d’un voyage à Saint-Mard, en 1855, que le Père Provincial de la Compagnie de Jésus, alors frappé par la salubrité de la province de Luxembourg, décide de fonder à Arlon une maison de formation pour les futurs novices.


Le 27 août 1857, les jésuites font l’acquisition d’une maison au n° 6 de la rue de Luxembourg, ainsi que d’une propriété d’un hectare et soixante ares ; les premiers missionnaires s’y établissent l’année suivante. En 1862, ils achètent deux hectares et quatre-vingt-sept ares supplémentaires et, en 1866, une maison plus spacieuse est construite afin d’accueillir le noviciat à partir de 1872. Cette maison, pourvue d’une vaste chapelle publique, a connu plusieurs agrandissements dont le plus notable réside dans la construction de l’église du Sacré-Cœur, inaugurée en 1898.


Outre la fonction de formation des novices, la Maison Saint-François-Xavier d’Arlon a joué un rôle social important non seulement pour la ville d’Arlon, mais également pour les campagnes environnantes. De nombreuses congrégations ont été créées, ciblant différents types de public. Les jésuites ont supervisé le patronage et les Conférences de Saint-Vincent de Paul.


Avec la création de l’Association Saint-Raphaël, débute l’œuvre des retraites fermées, qui a rencontré un succès remarquable, en accueillant certaines années plus de mille retraitants, désireux de bénéficier d’un séjour de prière organisé selon les exercices de saint Ignace. Les jésuites ont également créé le club de football de l’Union Saint-Georges, tout en proposant de nombreuses conférences scientifiques et religieuses. Ils se sont aussi impliqués dans l’assistance aux pauvres par des collectes personnelles ; ils ont ouvert une bibliothèque publique, instauré un pèlerinage à Notre-Dame de Clairefontaine où ils ont installé leur maison de campagne, etc. Les grandes figures jésuites associées à l’histoire de la Maison Saint François-Xavier d’Arlon ont été nombreuses, comme le Père Camille Joset ou le Père Théophile Hénusse.


Cette exposition, à voir jusqu’au 3 janvier 2021, est une collaboration entre le département culture et musées de la Ville d’Arlon et l’Institut Archéologique du Luxembourg.
Infos : Musée Gaspar, Rue des Martyrs 16 à Arlon – 063 60 06 54 – www.museegaspar.be.
Le musée est ouvert du mardi au samedi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, le premier dimanche du mois de 13h30 à 17h30. Gratuit le 1er dimanche de chaque mois.