3 mars : journée diocésaine de la catéchèse

Catéchiste: le mot est bien connu, depuis des décennies, dans nos paroisses. Ce sont ceux - celles, surtout - qui donnent le catéchisme. Le mot sent bon la leçon, le bricolage, la prière et le goûter, le temps passé dans le salon ou la salle paroissiale... pour préparer la première communion ou la profession de foi. Le mot rappelle des souvenirs: une ''maman-catéchiste'' qui nous a marqués, des personnes ''spécialistes'' qui s'occupaient de tout... Le mot n'a-t-il pas un peu vieilli? Les catéchistes d'une paroisse - si difficiles à recruter, dit-on - seraient-ils un corps constitué, un régiment (ou plutôt une brigade) de spécialistes de la catéchèse, chargés de donner toutes les leçons qu'il faudrait aux enfants d'aujourd'hui?

On a compris que la ''catéchèse'' (plutôt que le catéchisme) nécessite des ''catéchètes'' (plutôt que des catéchistes), c'est-à-dire des personnes acceptant de s'engager un peu, conscientes du dynamisme de la foi et des exigences de leur baptême, pour travailler avec les parents et les paroissiens à l'évangélisation et à l'initiation à la foi des enfants et des jeunes d'aujourd'hui: les introduire à la richesse de la foi en Jésus-Christ. Les catéchistes deviennent des catéchètes, c'est-à-dire des hommes et des femmes porteurs du projet de catéchèse de toute la paroisse, communauté chrétienne désireuse d'enfanter de nouveaux chrétiens. ''Catéchète'': le mot peut paraître nouveau; il a le goût de l'avenir de nos paroisses...

Au programme de la journée du 3 mars

Lire la suite...
Intérieur de l'église PDF Imprimer Email
L'église Saint Martin
L'intérieur de l'église forme une croix latine à chevet plat. Les dimensions sont impressionnantes : 68.80 m en longueur, 35 m en largeur du transept, 23 m en hauteur sous la clef de voûte.

L'élévation intérieure de la nef est à trois étages avec grandes arcades. Aux colonnes d'angle du transept, on voit des sculptures rappelant les figures symboliques des quatre évangélistes (ange, bœoeuf, lion, aigle).

Le jubé, qui supporte les grandes orgues, est soutenu par un arc surmonté d'une balustrade avec au centre un haut-relief du roi David jouant de la harpe et en contrebas des anges musiciens.

La chaire à prêcher est en marbre gris, elle est l'œoeuvre du sculpteur Durieu de Tournai (1936).

La verrière du chevet a été réalisée par le maître verrier Ladon de Gand. On y distingue une grande rosace de 8 m de diamètre et une grande baie vitrée à trois ogives.