Le nouveau vitrail de St Martin : "Matin de Pâques"

Essai d'interprétation

Donnons-nous la peine de nous avancer vers le chœur de l'église et retournons-nous pour avoir une vue d'ensemble du vitrail. Le regard est ébloui par la magnificence de l'œuvre et par le chatoiement des couleurs. Le vitrail est non-figuratif et laisse à chacun la liberté d'interprétation qui lui convient.

Essayons de le détailler quelque peu et laissons le regard le parcourir de bas en haut.

Le bas du vitrail frappe d'abord par son bleu nuit, qui forme une masse énorme et occupe toute la surface du bas. Il évoque dans mon esprit le monde des abysses, avec des ondulations qui font penser à des courants sous-marins.  Serait-ce le monde des enfers, dont il est question dans le credo chrétien ?

Ou encore les ténèbres de la nuit profonde après la mort en croix du Christ ?

On sent très bien que ce bleu traduit quelque chose d'inquiétant, qui a de quoi faire frémir.

Il faut distinguer dans cette masse deux zones :

-        celle du dessous, d'un bleu profond, avec au centre une tache multicolore qu'il me paraît difficile d'interpréter. Cette zone est soulignée d'une bande rouge qui fait le lien avec les bandes rouges latérales et semble encadrer tout le tableau.

-        celle du dessus, avec déjà des tons d'un bleu plus clair, où apparaît au centre une tache verte qui tranche sur le bleu. Signe d'espoir ? Évocation du tombeau où repose un corps dans une mort qui n'est que provisoire ?

Lire la suite...
Le Tombeau d'Ermesinde



Découverte des ossements d'Ermesinde PDF Imprimer Email
Le Tombeau d'Ermesinde

Au cours des travaux de déblaiement des ruines, les Pères Jésuites découvrent quelques ossements non identifiables. Le 11 mai 1875 le frère novice Martin Paul de Marcourt effectuant des fouilles en compagnie des ouvriers terrassiers, Antoine Johan et Jean Krier, tous deux de Barnich, découvrent un orifice recouvert d'une pierre et contenant des ossements.

Lire la suite...
 
Coffret reliquaire PDF Imprimer Email
Le Tombeau d'Ermesinde
Les restes d'Ermesinde sont par la suite déposés dans un cercueil en zinc qui renferme aussi la plaque d'étain retrouvée avec les ossements.

Le tout est placé dans un ancien coffre de fer. Le coffre est scellé et placé dans un cénotaphe de bois. Une fausse serrure en forme de cœur est placée au centre de la face avant.
Lire la suite...
 
Les différents tombeaux d'Ermesinde PDF Imprimer Email
Le Tombeau d'Ermesinde
Les religieuses de l'abbaye cistercienne de Clairefontaine ont été obligées à plusieurs reprises, de déplacer les reliques de leur fondatrice. Les différentes transformations pour agrandissement ou assainissement de l'église abbatiale les ont contraintes à déménager les précieux ossements. Les guerres les ont obligées à les cacher.
Lire la suite...
 
Première expertise anthropologique PDF Imprimer Email
Le Tombeau d'Ermesinde
Une expertise anthropologique est réalisée par le professeur Van Kempen à l'Université de Louvain.
Bien qu'il manque la moitié des vertèbres et presque tous les petits ossements des mains et des pieds, le savant reconstitue le squelette d'Ermesinde au moyen d'attaches métalliques.
Lire la suite...
 
Deuxième expertise anthropologique PDF Imprimer Email
Le Tombeau d'Ermesinde

La datation au carbone 14, puis l'étude anthropologique de 1998 effectuée par Agnès Malvez a permis de confirmer qu'il s'agit très probablement de la comtesse Ermesinde.

Lire la suite...