Formation Sud-Luxembourg  Année 2017- 2018

Révoltés d'hier au nom de l'Évangile, souffles pour aujourd'hui en des temps d'incertitude ?

Par Monsieur Jean Pirotte, Historien, Professeur émérite à l'Université Catholique de Louvain

L'année 2017 sera marquée dans le monde chrétien par la commémoration des 500 ans de la Réformation, inaugurée le 31 octobre 1517 par l'affichage public en Allemagne des 95 thèses de Luther. Cette révolte d'un moine allemand contre l'ordre établi nous amène à nous poser la question : les rebelles au nom de l'Évangile qui ont jalonné notre histoire ont-ils encore des choses à nous apporter ?

Contestataires au nom de l'Évangile et prophètes d'hier, comment se sont-ils situés face aux angoisses de leur temps ? Nous traversons une époque de mutations. Un vieux monde s'effrite et le nouveau peine à éclore. Nous vivons dans un climat d'insécurité qui génère de l'angoisse. Cette situation de fin d'un monde n'est pas neuve : beaucoup l'ont affrontée avant nous à la charnière de deux époques. Comment ont-ils réagi dans des situations de déstabilisation, aux heures où se redessinait un monde nouveau ? Leurs refus, leurs prémonitions peuvent-elles inspirer les chrétiens dans un aujourd'hui incertain ?

Lire la suite...
Saint-Martin a 100 ans ! PDF Imprimer Email
Jubilé 1914-2014
La paroisse Saint-Martin d'Arlon est sans doute l'une des plus anciennes de Belgique.

On raconte qu'à la fin du 4ème siècle, l'évêque Martin de Tours, en route vers Trèves pour une mission de conciliation auprès de l'empereur, se serait arrêté auprès de la petite communauté chrétienne d'Arlon. Celle-ci se groupait autour de la basilique romaine située près d'une source de la Semois, rue des Thermes Romains où nous trouvons des traces de celle-ci et devenue lieu de culte chrétien. Cette première église arlonaise dédiée très vraisemblablement à saint Marc portera le nom de Saint-Martin dès le 7ème siècle, en souvenir du passage de l'illustre évêque de Tours.

Au 16ème siècle, une nouvelle église paroissiale est construite à l'intérieur des murs de la cité, au milieu de l'actuelle Grand rue, le cimetière restant à l'emplacement de la basilique Saint-Martin. Cette deuxième église va subsister jusqu'à l'été 1914, date de l'ouverture au culte de l'actuelle église Saint-Martin, sur le plateau de la Schentzy. Il est vrai qu'en devenant chef-lieu de la province, Arlon rêvait d'une église à la mesure de sa nouvelle vocation, une église aux allures de cathédrale. Léopold II lui-même, soucieux de renseigner son Royaume aux visiteurs venant du sud, encouragea personnellement le projet.

La première pierre en a été posée en 1907. L'édifice venait d'être terminé lorsque se déclencha la première guerre mondiale, en 1914. L'architecte Van Gheluwe, de Namur, en avait élaboré le plan ; à sa mort, l'architecte De Noyette de Ledeberg le remania entièrement.

Elle fut consacrée en 1937 et classée monument historique le 23 juillet 2002.