Homélie du dimanche 13 Octobre.28ème dimanche du temps ordinaire. PDF Imprimer Email
Année 2019

Naaman était un général syrien, un grand homme respecté de tout le monde et bénéficiant de l'estime du roi. Mais il souffrait de la lèpre ...Comme aujourd'hui encore, cette maladie défigurait tellement celui qui en souffrait qu'elle était considérée comme une punition et souvent le malade était mis en quarantaine. Pour Naaman, cela devait être dur et humiliant de vivre avec une telle maladie. Elle était une entorse et une malédiction qui faisaient tache et honte à sa notoriété. Mais c'est la servante juive de son épouse qui suggérera à sa maîtresse de conseiller à son mari d'aller trouver un prophète de chez elle, Elisée, pour guérir de sa maladie. C'est en écoutant ce conseil que Naaman se mettra sur le chemin de guérison, même si la démarche n'a pas été facile et simple pour lui. En action de grâces, il souhaitait remercier le Dieu d'Israël, qu'il considérait désormais comme étant le vrai Dieu ...En échange de sa guérison, il voulait à tout prix offrir de somptueux cadeaux au prophète Elisée.  Ce que le prophète refusera, étant donné que le don de Dieu est gratuit et ne se paie pas.

La lèpre était considérée comme une punition, un péché, une honte...S'en sortir était une véritable libération et une joie à partager avec l'entourage du malade guéri .... Par une jeune fille esclave, Seigneur, tu as permis de prouver à un homme important et étranger que tu es le Dieu de l'univers et que tu fais parvenir ton salut à toutes les nations en ouvrant ton cœur à celui qui s'adresse humblement à toi. Dans ta bonté et bienveillance, apprends-nous à déposer dans tes mains tout ce qui vient ternir et salir notre image, qui nous humilie, nous détruit et nous renferme sur-nous-mêmes...Donne-nous d'être attentif au moindre signe, au moins geste, à la moindre parole qui nous ouvre la voie à ton amour et à ton salut.

Dans sa deuxième lettre à Timothée, Paul parle de Jésus ressuscité comme source et fondement de ce salut que Dieu accorde au monde. Paul en est conscient, il en a été lui-même bénéficiaire et il se bat contre toutes les tentatives d'exclusion, de repliement pour insister sur les droits de toute l'humanité à avoir accès à son salut. Oui, Seigneur, comme Paul, donne-nous ton Esprit pour qu'il nous offre l'espérance et la joie, afin que nous aussi, nous vivions notre foi dans cet esprit d'ouverture, de tolérance et de respect de chaque être humain.

L'évangile nous parle de la guérison de dix lépreux par Jésus. Comme Paul, ils ont entendu parler de Jésus comme étant celui qui apporte le salut au monde entier et à tout homme qui souffre. Comme Naaman, ils subissent, eux aussi le même sort et cherchent à s'en libérer et à être guéri de cette horrible maladie. Selon la loi prescrite par Moïse, lorsque la guérison intervient, ils doivent se montrer aux prêtres pour certifier et authentifier leur guérison afin de réintégrer la société. Sur les dix, il y en a un seul, d'origine samaritaine et étrangère, n'étant donc pas concerné par la loi de Moïse, mais qui revient sur ses pas pour remercier et louer Dieu. De plus, il entreprend une deuxième étape ; celle de la rencontre avec Jésus, celle par laquelle l'homme découvre en Jésus le Dieu qui apporte le salut du corps et de l'âme. Pour cette rencontre, il n'a pas besoin d'une loi l'obligeant à entreprendre cette démarche et une telle découverte...La voie du cœur reconnaissant lui suffit ! C'est ici que la loi se distingue de la foi. Si la loi concerne un seul peuple, la foi, elle, concerne tous les peuples. Ce sont tous les peuples qui sont appelés au salut et non un seul peuple, un seul groupe. Jésus est venu parmi nous pour nous révéler ce Dieu universel.

Seigneur, apprends-nous à découvrir ta loi d'amour inscrite dans notre cœur et à suivre cette loi tout au long de notre vie, pour guérir de nos péchés, acquérir notre vraie liberté et vivre dans la foi et l'amour vis-à-vis de toi, de nos frères et sœurs et de nous-mêmes. Amen

Doyen Wenceslas Mungimur.