Inscriptions à la catéchèse 2019-2020

Pour les paroisses St-Donat, St-Martin,
Bonnert, Frassem, Guirsch, Viville et Waltzing.

Inscription à l'éveil à la foi (1e année - enfants nés en 2013) : le 25/9 à 20h à la Salle St-Martin 17 rue Jean Koch ou  le 26/9 à 20h à l'Eglise St-Donat

Inscription à la découverte de Jésus* (2e année) : le  9/9 à 20h à l'Eglise St-Donat ou le 10/9 à 20h à la Salle St-Martin 17 rue Jean Koch

Inscription à l'accueil du pain de vie* (3e année) : le 16/9 à 20h ou le 23/9 à 20h à la Salle St-Martin

* la participation à l'étape précédente est une condition indispensable à l''inscription à cette étape

Lire la suite...
Homélie du dimanche 08 Septembre. 23ème semaine du temps ordinaire. PDF Imprimer Email
Année 2019

uivre Jésus, comme il est dit dans l'évangile, ne s'improvise pas. Cette démarche demande de s'asseoir, de réfléchir et de s'y préparer. Comme celui qui veut bâtir une tour ou aller en guerre et qui veut la gagner.  Jésus est tellement radical et exigeant qu'il semble vraiment difficile de le suivre sans un sérieux discernement et une décision mûrement réfléchie. Il ne suffit pas de dire Seigneur, Seigneur, comme lui-même le rappelle dans l'évangile, pour que cela représente une réponse valable pour suivre Jésus.

Par ailleurs, une réponse valable et responsable n'est pas le fruit d'un enthousiasme d'un instant ou de quelques instants, mais il s'agit d'une réponse pour un engagement définitif sur un long chemin de vie. Si on prenait une comparaison en termes de contrat de travail, Jésus ne demande pas à celui qui veut le suivre de signer un contrat à durée déterminée, mais plutôt à durée indéterminée. Il ne s'agit pas de se contenter d'un « oui » évasif ou des bouts des lèvres, mais bien d'un engagement sérieux et profond confirmé dans les paroles et dans les actes.

Saint Paul, dans la deuxième lecture, le rappelle à son disciple Philémon, païen converti au christianisme, à propos de son esclave Onésime. Puisque dans le Christ il n'y a plus d'esclaves, Paul lui demande de le considérer non plus comme son esclave, mais comme son frère, sinon, il serait en contradiction avec ses nouvelles convictions et vérités auxquelles il vient d'adhérer par sa conversion. Sans ce revirement exigeant, sa conversion resterait simplement au niveau d'une adhésion de complaisance sans beaucoup comprendre à quoi cela l'engageait...Ou son « oui » serait un « oui » des bouts des lèvres, un « oui » sans lendemain...

Quand Jésus demande le préférer plus que sa propre vie, plus que sa famille, ses proches..., il ne nous dit pas de les haïr ou de les rejeter car il n'est certes pas un Dieu de la haine, mais un Dieu d'amour comme il le prouve par ses actes ...Ce qu'il nous demande c'est, l'engagement de mettre Dieu, donc lui-même, comme premier choix de notre vie et d'organiser le reste de notre existence en fonction de cette option primordiale ou sous l'éclairage de celle-ci .

De cette manière Jésus nous aidera à donner aux autres choix dans les circonstances de notre existence leur vraie valeur et leur dignité...et nous saurons les aborder et les aimer d'un amour dont il sera la source ....Un amour vrai  et rayonnant.

La clé de ce message se retrouve dans une des phrases du psaume qui stipule : « Seigneur, apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la Sagesse. » Nous avons besoin de cette sagesse de Dieu qui nous servira de lumière pour mieux comprendre ce qu'il nous demande et mieux vivre notre confiance en sa miséricorde vis-à-vis de nos fragilités et imperfections.

Doyen Wenceslas MUNGIMUR.