PRIER AVEC LE PAPE

Chaque mois découvrez l'intention de prière du pape sur lavideodupape.org

Chaque jour  priez en communion avec lui avec l'application clicktopray.org


Homélie du dimanche 25 Août. 21ème semaine du temps ordinaire. PDF Imprimer Email
Année 2019

Sœurs et frères, la liturgie de la parole de ce dimanche que nous venons d'écouter, s'inaugure dans un souffle de Pentecôte et dès la première lecture d'Isaïe, nous pouvons entendre la phrase du Seigneur «Je viens rassembler toutes les nations, de toute langue ». La gloire que Dieu veut montrer à tous est sa force de rassemblement.

Alors, dans l'Evangile, Dieu serait-il ce maître de maison qui refuse d'ouvrir sa porte à ceux qui frappent ? Cette image n'est pas celle d'un Dieu qui veut, au contraire, rassembler tous les hommes de toutes les nations sur sa montagne Sainte.

A la suite de la question sur le nombre des sauvé, Jésus surenchérit : « On viendra de l'Orient et de l'Occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu » On peut dire que Dieu, dans son amour, ratisse large ! Cette demande sur « le faible nombre des sauvés » n'a-t-elle pas un relent de mesquinerie ?

Nous sommes parfois si bien entre nous dans nos communautés chrétiennes que nous aurions tendance à oublier la grande caravane des chercheurs de Dieu. L'Esprit agit au-delà des limites de propriété que nous nous complaisons à tracer. Si le royaume est accessible à tous, on n'y entre cependant pas comme dans un moulin ! « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite » nous avertit Jésus.

L'entrée du royaume n'est interdite à personne mais des efforts sont cependant nécessaires pour la franchir. L'amour de Dieu est sans exclusivité mais l'Evangile n'est pas un chemin de facilité et appelle à une conversion radicale. Jésus n'a pas répondu à la question sur le nombre des sauvés. Il nous a laissé des paroles qui nous rappellent que nous restons libres et que Dieu ne nous sauve pas sans nous.

Il parle d'une porte étroite parce qu'il n'y en a qu'une, comme nous le souligne le verset de l'Evangile : « Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie : personne ne va vers le Père sans passer par moi » C'est par Jésus que nous sommes conduits au Père. Cette porte étroite n'est surement pas un sas où il faudrait jouer des coudes pour passer. Plutôt la porte de service, la porte de l'humilité. Elle est un chemin de conversion et de foi qui nous tourne vers le Père.

Cette porte étroite c'est celle que le Christ a franchie. En mourant sur une croix et en ressuscitant, il nous a ouvert un passage vers la Vie Éternelle. Un jour, il a dit : « Je suis la porte des brebis. Celui qui entrera par moi sera sauvé. »

Notre entrée dans le Royaume dépend donc de la place que nous donnons au Christ dans notre vie. Le Salut est offert à tous, mais rien n'est possible sans notre accueil, sans l'ouverture de notre cœur.

Reprenons une parole du pape François : Jésus demande d'ouvrir notre cœur, de nous reconnaître comme pêcheur ayant besoin de son salut, de son pardon, de son amour, d'avoir l'humilité d'accueillir sa miséricorde et de nous faire renouveler par lui. Et reprenons aussi une prière de Saint Augustin : Là où germe l'humilité, là se répand la gloire de Dieu.... Si tu as l'humilité dans ton cœur, Dieu t'y révèlera sa gloire.

En ce dimanche, nous nous tournons vers le Seigneur. Nous lui redisons notre désir de vivre en lui et d'avancer avec lui. Beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Mais avec lui, tout est possible. Demandons- lui de nous aider à nous débarrasser de tout ce qui nous encombre et de tout ce qui retarde notre marche à sa suite. Que sa parole réveille notre foi. Alors nous pourrons marcher vers lui avec la multitude de ceux qu'il appelle. Amen.

Abbé Vincent Nguyen.