La librairie de sens CDD sera fermée du samedi 13 Juillet au dimanche 11 Août 2019


Homélie du dimanche 3 mars 2019 PDF Imprimer Email
Année 2019

Lucidité sur soi-même et regard constructif vers l'autre


Dans la vie quotidienne, on constate des fois que chacun porte sur l'autre un certain regard et ne voit que le mauvais côté de l'autre en oubliant que lui-même est insupportable. On est souvent comme cet homme qui voudrait enlever la paille qui est dans l'œil de son frère. Mais il ne remarque pas qu'il y a une poutre dans le sien. Il est très difficile d'être objectif par rapport à soi-même. On pense toujours que le tort vient de l'autre. Et lorsqu'on parle de l'autre, on grossit ses défauts. Et lorsqu'on parle de soi, on les oublie.

C'est pour ça, quand quelqu'un vient vous raconter des histoires sur l'autre, son mari ou sa femme, écoutez-le avec gentillesse, attention, courtoisie mais ne prenez pas tout ce qu'il, tout ce qu'elle dit pour de l'argent comptant il y a l'autre son de cloche. Aujourd'hui, dans l'Evangile, le Christ insiste sur le regard que nous portons sur les autres, en particulier sur nos frères. Est-ce que nous sommes capables de nous regarder avec lucidité, avec objectivité et de reconnaitre que l'attitude que l'autre a envers moi est souvent une réaction par rapport à certains comportements de ma part ?

La lucidité sur soi-même et comment regarder l'autre c'est deux choses importantes de l'examen de conscience. Eh bien, l'examen de conscience, c'est-à-dire revoir la journée, revoir ses réactions, revoir ses relations avec les autres, comment ça se passe ? Faire régulièrement des évaluations pour progresser, pour changer, pour inventer, ce qui est bon pour la société et pour moi-même ; voir tout ce qui en moi n'est pas au point, réévaluer ma vie pas une fois par mois, pas une fois par an, même pas une fois par semaine, chaque jour chaque soir l'examen de conscience.

Et si possible, notez par écrit certains points et lui attendre que l'autre vous critique, demandez-lui qu'est-ce que tu penses de moi ? Mais demandez-lui d'être franc, d'être loyal, de dire la vérité. S'il vous dit la vérité qui vous gêne et que vous vous fâchiez, c'est ce que vous n'êtes pas sincère, vous ne voulez pas voir clair. Les autres ont sur nous un regard beaucoup plus objectif que nous-mêmes et nous avons besoin du miroir des autres pour nous dire ce que nous sommes.

Dans quelle mesure sommes-nous prêts à accepter dans la paix même si ça blesse, même si ça fait mal ? Ce que me dit l'autre, ce que veut me dire l'autre et souvent il ne me dit pas parce qu'il sait que je ne suis pas capable de l'écouter, de l'accepter.

Il y a autour de nous une zone que beaucoup n'arrivent pas à franchir, parce qu'ils savent que nous sommes trop susceptibles, sensibilité à fleur de peau. Et alors, on vit des années avec des défauts que tout le monde connaît, excepté nous-mêmes. Ils sont gros comme ça, on ne les voit pas. Accepter de faire la vérité sur soi, accepter de faire la lumière sur soi, être dans la vérité, vivre dans la vérité et savoir que l'on a tous les jours progressé et savoir que la vie à deux suppose un dialogue continuel, une acceptation du point de vue de l'autre sur moi-même.

Il y a quelqu'un qui m'a raconté d'un couple qui est merveilleux. Pourquoi ? Parce que de temps en temps, ils s'installent dans leur chambre à coucher, ils ferment la porte et ils vident leur sac. Chacun dit à l'autre paf tout ce qu'il a sur le cœur et l'autre écoute et puis lui dit bon merci, c'est très gentil ce que tu me dis mais moi, j'ai aussi un certain nombre de choses de te dire et puis paf et puis ils se disputent, enfin ils se disputent gentiment, quelques fois le ton monte mais au moins on vit dans la vérité, on vit dans la clarté, on est dans la lumière.

Une personnalité forte est une personnalité vraie qui accepte d'écouter les critiques. La critique permet de progresser et la critique viendra des autres avant d'être une autocritique.

Mais il est bon de poser à l'autre la question : dis-moi ce que tu penses de moi, je voudrais faire la lumière dans ma vie, dans mon comportement. La recherche de la vérité suppose une certaine modestie une certaine humilité.

Sœurs et frères, à travers l'évaluation systématique, une critique à la fois lucide et en même temps gentille, charitable, amicale, affectueuse, on arrive à se transformer. Il nous manque souvent de faire la lumière de notre vie, faire la clarté, d'accepter la vérité et comme dit Jésus quelque part dans l'Evangile : la vérité vous rendra libre. Amen


Frère Vincent NGUYEN - diacre