Le coulage de la nouvelle cloche pour le campanile de St-Martin a été reporté au 27 septembre 2019.

Lire la suite...
Neuvaine à Notre-Dame de Lourde - témoignage du samedi 9 février 2019. PDF Imprimer Email
Année 2019

Paul : ‘Heureux  ceux qui ont une âme de pauvre' ou  ‘Heureux les pauvres en esprit' ou encore ‘Heureux les pauvres de cœur'.

Si je devais expliquer ce texte des béatitudes aux enfants du catéchisme, je verrais sûrement des visages interloqués. Qu'est-ce que cela veut bien dire ? Et peut-être que nous nous posons la même question.

Ce que je remarque surtout, c'est que le mot ‘heureux' est repris huit fois. Dieu veut vraiment que nous soyons heureux et cela nous concerne tous, sans exception. Mais être pauvre...c'est quoi être pauvre ?

C'est être dans le besoin, le besoin matériel, le besoin affectif, le besoin spirituel, être dans le besoin de Dieu.

Dans le discours sur la montagne, Jésus nous donne un chemin de vie, mais pour le comprendre, il faut être à son image, pauvre de cœur.

Françoise : Sa vie est en effet toute centrée sur la pauvreté : la pauvreté matérielle et la pauvreté du cœur. A Noël, la vérité des béatitudes s'impose au monde. Le nouveau-né de Bethléem est doux et humble de cœur, pauvre et innocent.

Par sa naissance dans la pauvreté il nous rejoint avec nos difficultés, nos échecs, nos souffrances. Il est non pas un simple envoyé, mais Dieu lui-même qui commence sa vie terrestre comme chacun de nous, en la personne d'un tout-petit.

Paul : Heureux, avons-nous dit !le bonheur revêt plusieurs aspects et je voudrais en partager un avec vous : l'amitié. Qu'attendons-nous dans cette relation ? Confidence, partage, soutien, fidélité,...dans une véritable amitié, on se dévoile en toute confiance, on se met à nu ; cela demande une grande pauvreté de cœur. J'ai connu deux grandes amitiés dans ma vie : Bruno...Joseph...tous deux décédés beaucoup trop tôt. Alors petit à petit je me suis lié davantage à une autre personne, le Christ. Comme il est déjà mort, plus de crainte à avoir de ce coté là !  Il est  plus vivant que jamais. Il devient ‘Mon nouvel Ami'.

Etre ami avec Jésus, c'est particulier en ce sens qu'il est toujours présent, jamais en retard, qu'il vous écoute toujours mais aussi que vous ne pouvez rien lui cacher et qu'il respecte toujours votre liberté ! Disons que j'ai établi une alliance avec Lui...

Depuis mon enfance, j'avais une relation, ... traditionnelle avec Lui. Qu'est-ce qui a donc changé ?   La relation est plus présente, plus forte (on va dire que je suis passé de la 2G à la 4G) . La prière enrichit beaucoup cette relation. Je l'intègre davantage dans ma vie, je lui demande son aide, je lui fais plus confiance.

Mais parfois, la relation avec un ami n'est plus très bonne, elle se brouille. Dans la relation avec Dieu,  c'est toujours de notre coté que ça ne va pas : les soucis du boulot, nos problèmes familiaux, nos défauts nous aveuglent...

Françoise : oui, il y a des pauvretés qui nous enferment, qui nous enfoncent, qui nous tirent vers le bas, qui nous rendent tristes comme, une trop bonne conscience, la prétention de faire tout par nous-mêmes, le désespoir face à nos échecs, l'obstination dans notre jugement, de l'insensibilité à toute interpellation, des révoltes intérieures devant la volonté de Dieu ou, toute résistance à son appel, et bien d'autres.

Mais ces pauvretés négatives peuvent être transfigurées et ainsi nous libérer et nous apporter la joie. Comment ?

Eh bien, en apprenant à vivre la pauvreté du cœur, l'humilité. Jésus qui nous montre le chemin est là pour nous aider, si nous voulons bien l'accueillir.

Nous pouvons l'accueillir dans l'eucharistie, en reconnaissant que nous avons besoin de sa Parole, de son corps et de son sang, pour vivre de sa vie. Dieu s'offre aussi à nous dans les autres sacrements en nous donnant son Esprit. Comme disait Paul, nous pouvons aussi le rencontrer dans la prière. Qu'elle soit prière de demande, de louange ou d'intercession, chacune des prières rend plus belle la qualité de nos rapports avec Dieu.

Dans la prière du 'Notre Père', je me heurte parfois à la phrase : ‘que ta volonté soit faite !'.  Pas toujours facile de s'y soumettre ! Et si sa volonté ne correspondait pas à mes demandes...Nous demandons souvent à Dieu d'agir selon nos directives. On se réserve un droit de regard. Difficile de s'abandonner à lui en toute confiance ! Il faut une grande pauvreté de cœur pour le laisser libre d'agir.

Et pourtant..., en fin de compte, il nous aime tellement que sa volonté ne peut être que ce qu'il y a de mieux pour nous.

La prière de demande est souvent la plus spontanée. Mais, la demande de pardon l'est peut-être moins, bien qu'il soit primordial d'avoir assez d'humilité pour reconnaître nos fragilités, nos blessures pour qu'elles deviennent brèches à travers lesquelles Dieu peut pénétrer, si nous le voulons, car il ne s'impose jamais.

Ainsi ce qu'il y a de paralysé, de pécheur en nous pourra entendre que, malgré notre petitesse, nous sommes aimés, que nous avons du prix aux yeux de Dieu qui veut nous tirer vers le haut. Et, grandis de cet amour, nous pourrons nous mettre au service des autres, les aimer tels qu'ils sont et tel que nous sommes, en êtres humains véritables.

Jésus nous montre l'exemple lorsque le jeudi Saint il lave les pieds de ses disciples, geste d'amour et d'humble service.

Certes, nous ne sommes pas tous voués à faire de grandes choses mais l'essentiel, c'est d'être là, autant que possible, avec un cœur attentif et disponible et ça, c'est irremplaçable.

Paul :

Comme je le disais auparavant, dans la vie, nous connaissons tous des moments difficiles et la relation à Dieu devient parfois compliquée. Alors il est bon d'avoir un intermédiaire entre Dieu et nous : Marie. Pas toujours nécessaire de réciter le rosaire, simplement lui dire son désarroi, solliciter son aide, bref, déposer tous nos soucis entre ses mains. Marie a l'art de faire de notre demande une prière bien ficelée qu'elle présentera à son fils. Elle dédramatise ces instants difficiles en nous suggérant la patience, l'écoute, le dialogue. Oui, elle est toujours là pour écouter nos demandes comme Elle a toujours été là, discrète mais bien présente dans tous les évènements qui ont jalonné la vie de son fils. Sa vie est un modèle d'humilité et d'amour.

Il ya 2 ans nous sommes allés, Françoise et moi, en pèlerinage à Medjugorje.  Cela fait presque 38 ans que la vierge y apparaît tous les mois. Après Lourdes, Fatima, Banneux, Beauraing  et bien d'autres, ces apparitions sont des liens forts entre le ciel et nous. C'est un peu comme si le ciel descendait jusqu'à nous. Que nous est-il demandé dans les messages de Marie : essentiellement la prière et notamment la prière pour les plus fragiles.

Françoise :

Les démunis, les exclus, les souffrants, les malades, les handicapés, les personnes âgées, les enfants ont une première place dans le cœur de Dieu.

Ils ont besoin de nous mais, nous avons beaucoup à apprendre d'eux. Personnellement, j'ai eu le bonheur de vivre toute ma carrière avec des petits enfants et, je peux dire aujourd'hui que j'ai vécu des moments d'éternité. Leur beauté sous toutes ses formes, leur fragilité et paradoxalement leur force, leur énergie, leur rire, leurs rêves, leur confiance, leur spontanéité avec une bonne dose d'innocence et d'insouciance, leur permet de s'approcher de l'invisible à l'œil nu, du tout est possible.

Eux seuls sont capables de toucher les étoiles, de retrouver le Petit Poucet et de mettre du soleil dans tous leurs dessins. Redonnons le pouvoir à l'enfance, aux enfants, et tout d'abord à celui qui sommeille en chacun de nous. Retrouvons notre sagesse profonde, la sagesse de l'enfance. Et Dieu nous dira : ‘ Le Royaume de Dieu est à vous !'.

En effet, la Bonne Nouvelle de Jésus échappe aux sages et aux puissants mais est accessible aux petits, aux humbles de cœur, à  ceux qui ont soif de ce qui est essentiel : la certitude d'être aimés du Père.

Françoise et Paul LEPAGE.