L'asbl AMANOCLAIR possède son site Web : http://www.clairefontaine-arlon.be

(Mis à jour pour la réservation de salles)

Lire la suite...
Homélie du dimanche 03 Février 2019, 4ème Semaine du Temps Ordinaire PDF Imprimer Email
Année 2019

L'évangile d'aujourd'hui est la suite de celui que nous avons entendu dimanche dernier. Jésus, après avoir fait la lecture du livre du prophète Isaïe, s'identifie à la prophétie se trouvant à la fin du texte et stipulée en ces termes : « Yahvé m'a donné l'onction, il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, panser les cœurs meurtris, annoncer aux captifs la libération et aux prisonniers la délivrance » En affirmant que c'est de lui qu'il s'agit et que cette prophétie se réalise aujourd'hui, il soulève de la part de ses auditeurs des vives réactions passant de l'admiration au doute et du doute à la colère, au refus... jusqu'au rejet avec le projet de sa mise à mort.

Jésus se heurte ainsi à la méconnaissance vis-à-vis de ses contemporains, parce que non seulement ils sont ancrés dans une histoire marquée par des traditions - ce qui n'est pas mal en soi --, mais surtout parce qu'ils prétendent bien le connaître. En fait, ils le connaissent vraiment trop bien ; ils savent qui sont son père, sa mère, ses frères et ses sœurs...C'est un enfant du village né parmi eux.  Ils se limitent à cette connaissance et ne peuvent aller plus loin. Leur admiration ne les pousse pas à envisager autre chose de plus grand !  Au contraire, elle finit par soulever leur indignation et les amener à considérer Jésus comme un prétentieux, un révolté...qui mérite d'être arrêté et jugé. Ils pensent voir, mais ils ne voient pas, connaître, mais ils ne connaissent pas, croire mais ils ne croient pas...Ils en sont restés au niveau des principes, des traditions, du répétitif, de la reconduction...

Les traditions, le répétitif... ne sont pas mauvais en soi. Mais il faut savoir bien les utiliser, les vivre avec foi et chaque fois nous laisser interpeller par eux dans l'aujourd'hui de Dieu et de notre vie. Jésus dénonce chez ses contemporains cette prétention de posséder le monopole de la vérité sur tout et même sur Dieu. Il dénonce leur manque de foi, malgré leur bonne tenue extérieure, et leur méconnaissance de Dieu et de sa loi. Il dénonce aussi leur manie de renfermer Dieu dans leurs traditions, dans l'étroitesse de leur esprit, dans les limites de leurs territoires. Il leur parle de Dieu vrai et universel, qui les aime, eux, comme il aime aussi ceux qu'ils jugent être des païens ou des étrangers. Il les amène à reconnaître ce Dieu qui n'a qu'un seul qualificatif ; celui de l'amour ...Ce Dieu qui leur demande d'être des missionnaires de son amour dans le quotidien de notre vie.

Pour ce faire, il nous faut vivre une rencontre en profondeur avec Jésus, nous laisser convertir par sa parole, transformer par son amour et devenir des témoins de cet amour-vie, cet amour-miracle toujours possible... auprès des hommes et des femmes d'aujourd'hui. Cette tâche n'est pas facile, elle fait peur, elle est source de beaucoup de controverses, de railleries, de persécutions, mais c'est une mission noble que nous devons entreprendre et réaliser avec courage et persévérance, dans l'abandon et la confiance en Dieu. Pareil comportement dans la foi nous épargnera toute prétention de posséder le monopole de la vérité sur Dieu, sur sa loi, sur les autres personnes Ce monopole, cette arrogance ferment automatiquement la porte d'ouverture d'esprit et de grâces abondantes.

Par contre, lorsque nous devenons des témoins de l'amour de Dieu, nous ouvrons la voie à la réalité de la pauvreté de notre cœur, à l'exemple de Marie lorsqu'elle accepta de devenir la « servante de Dieu » .

Doyen Wenceslas Mungimur.