PRIER AVEC LE PAPE

Chaque mois découvrez l'intention de prière du pape sur lavideodupape.org

Chaque jour  priez en communion avec lui avec l'application clicktopray.org


Homélie du dimanche 07 Avril 2019. Cinquième dimanche de Carême. PDF Imprimer Email
Année 2019

Sœurs et frères, l'Evangile qu'on vient d'entendre nous montre la miséricorde qui libère. Dimanche dernier, Jésus en parlait sous la forme d'une parabole, celle du fils prodigue. Mais aujourd'hui, nous le voyons confronté à une situation bien réelle, celle d'une femme coupable d'adultère. On voit bien que d'un côté, les pharisiens défenseurs des règles et des valeurs de leur religion, des gens sincères et fidèles aux obligations de leur loi. De l'autre côté, une femme qui a chuté et a commis une erreur qu'ils jugent irréparable et qui attend d'être lapidée.

Entre les deux, Jésus qui se trouve comme assis entre deux chaises. S'il ne condamne pas cette femme adultère, il méprise les commandements de Dieu. S'il le fait, il manque à cette miséricorde de Dieu dont il est le messager.

Jésus surprend tout le monde en se situant en dehors de ce dilemme, en le dépassant d'une façon qui est pour nous un enseignement précieux : "Dieu ne regarde pas seulement les actes, mais il regarde les personnes". Sur cette pauvre femme écrasée devant ses accusateurs,

Jésus porte un regard qui manifeste que la miséricorde de Dieu n'a pas de limites. Elle dépasse les fautes, les erreurs et voit le cœur des

personnes.

Jésus rappelle à la femme cette miséricorde, cette bonté de Dieu qui ne condamne personne. « Personne ne t'a condamnée?» « Personne, Seigneur. » Jésus, un homme sans péché, lui seul aurait eu le droit de condamner, mais il ne le fait pas. « Moi non plus je ne te condamnerai pas. » Est-ce à dire que Jésus favorise le péché? Loin de là, car il poursuit en invitant la femme à se laisser habiter désormais par la grâce de Dieu qu'elle a retrouvée. « Va et ne pèche plus! ». Le péché est un mal que nous devons combattre de toutes nos forces. Mais le pécheur c'est quelqu'un qu'il faut guérir et sauver. Il a besoin qu'on l'aide à retrouver sa place dans la communauté chrétienne. Jésus condamne le péché, mais pas le pécheur.

Dieu regarde avec amour chacun et chacune de nous. Il ne l'écrase pas, il lui tend toujours la main. Il l'invite à regarder en avant car il peut faire toutes choses nouvelles. L'espérance de devenir meilleur n'est pas un leurre. Elle est le moteur de toute notre vie chrétienne. Nous pouvons,

malgré nos fautes, regarder en avant comme saint Paul et accueillir la nouveauté de la miséricorde de Dieu qui peut faire passer « des routes dans le désert, des fleuves dans les terres arides » comme dit le prophète Isaïe dans la première lecture.

Sœurs et frères, aller dans l'espace, c'est très difficile mais on y est arrivé. Débarquer sur la lune, c'est très difficile mais on y est arrivé. Fendre l'atome, c'est très difficile mais on y est arrivé. Eh bien la chose la plus difficile au monde que l'Evangile nous montre en ce cinquième dimanche de carême c'est tout d'abord enlever la poutre dans notre œil, c'est enlever l'orgueil, le mépris à l'égard de celui qui a fauté. Et finalement ne pas condamner mais être miséricordieux comme notre Père est miséricordieux.

Seigneur, devant Toi, nous sommes tous des pauvres pécheurs et nous avons besoin de ta miséricorde. Change nos cœurs de pierre en chair et aide-nous à mettre toujours la confiance en toi pour vivre la parole de Paul aux chrétiens de Philippe : « Oubliant ce qui est en arrière et lancé vers l'avant, je cours vers le but » Ph 3, 13-14. Amen.

Diacre Vincent Nhat.