Abonnez-vous au journal paroissial « Carillons de Lorraine »

par porteur (à Arlon) 15 €,

par la Poste (en Belgique) 25 €

à remettre au secrétariat ou à verser sur le compte BE61 1096 5254 5917 de  la paroisse St-Martin


Homélie du dimanche 25 Novembre 2018 La fête du Christ, Roi de l’univers  PDF Imprimer Email
Année 2018

En parlant du Christ Roi, toutes les images et toutes les représentations à ce sujet me viennent à l'esprit, comme celle du Christ Roi de Rio Janeiro et encore beaucoup d'autres érigées toujours plus haut...Ou la représentation d'autres images sur les frontons ou à l'intérieur  de nos églises..., montrant Jésus assis sur un majestueux trône pour le jugement dernier. Et pourtant, quand on observe le Jésus des évangiles, il a un comportement simple se laissant aborder et approcher par tout le monde, se faisant inviter chez Zachée, chez Mathieu, chez le Pharisien. Il se laisse également approcher par Marie-Madeleine, la samaritaine, la femme adultère, Bartimée, l'aveugle de Jéricho... et beaucoup d'autres...

Ce comportement qui contraste avec ces représentations auxquelles je fais allusion ou celles que nous nous entêtons à promouvoir dans notre for intérieur, dans nos célébrations...

Par ailleurs, il est utile de se souvenir du contexte dans lequel le Pape Pie XI se trouvait lorsqu'il a institué cette fête en 1925. À cette époque, le monde  était secoué par la montée des pouvoirs totalitaristes, le fascisme en Italie et en Allemagne, la montée de l'idéologie nationaliste et païenne de l'Action en  France...  Et encore le Régime marxiste en Russie.

Face à cela, l'église devait faire comprendre à l'homme que ces idéologies n'ont pas le vrai pouvoir sur l'homme et qu'elles ne peuvent pas le sauver ni construire son bonheur, mais son bonheur, son salut vient plutôt de Dieu dont le Christ est venu nous révéler la proximité et l'amour. Il s'agit ici d'un pouvoir sur les esprits et sur les coeurs qui tend à libérer l'homme et en faire un être debout, contrairement aux idéologies totalitaristes  prônées pour asservir l'homme.

Mais cette vision de Dieu était-elle claire dans la tête des contemporains de Jésus, comme dans celle de Pilate ? Pas sûr ! Pour ses contemporains, Jésus était le roi comme les autres rois connus à l'époque et pas le Messie. Même Pilate finira par lui poser la question : « Es-tu le Roi des juifs ? » Jésus ne refuse pas de le reconnaître, il précise pour dire que son règne consiste à rendre témoignage à la vérité. Surpris par une telle réponse, Pilate pousse sa curiosité plus loin : « Qu'est-ce que la vérité ? »

Pourquoi ose-t-il poser une telle question ? À quoi pense-t-il en la posant ?

Pour Jésus, il faut que l'homme se tourne vers lui pour avoir accès au secret de la vérité, parce qu'il est lui-même la Vérité. Sa Vérité est celle de l'amour de Dieu et de l'amour de l'homme, c'est celle qui construit l'homme et le rétablit dans sa dignité. Par elle, l'homme peut tenir debout et devenir souverainement libre, contrairement à ce que prétendent donner les moyens de la puissance et de la domination, de la force et de l'argent.

Cette fête est la nôtre aujourd'hui ! Le Christ est notre Roi, le Roi de l'univers. D'ailleurs, son nom Christ, le Messie ne signifie-t-il pas le Roi, celui a reçu l'onction royale ? Nous aussi, nous sommes appelés à prendre part activement à cette Royauté, à condition que nous soyons au service de la Vérité, celle qui nous rend libres, que nous contribuions à étendre le règne de l'amour, de la justice, de la solidarité, de la fraternité et de paix.

Doyen Wenceslas Mungimur.