Fête nationale du 21 juillet

Célébration interconfessionnelle à 10h à St-Martin

Homélie du dimanche 13 mai 2018 - 7ème dimanche de Pâques PDF Imprimer Email
Année 2018

Un dimanche entre Ascension et Pentecôte, le 7ème dimanche de Pâques, un dimanche où l'Eglise « retient son souffle », s'arrête un instant pour faire silence, retourner à sa source et faire mémoire de sa naissance... C'est ce que nous vivons ce matin.

Au dire de saint Luc, au début du livre des Actes que nous avons entendu à l'Ascension, à l'heure de son départ où il prit congé des siens et de retourner au Père, Jésus leur donna l'ordre de rester à Jérusalem pour y attendre l'Esprit de la promesse qui devait les envoyer au monde et les transformer en témoins.

Et là, dans la chambre haute, à l'étage de la maison, L'Eglise, la communauté des disciples du Christ, va « s'enfanter » dans la prière autour de Marie.  « Tous les Apôtres, d'un même cœur -unanimes- étaient assidus à la prière avec quelques femmes dont Marie, la mère de Jésus et avec ses frères. »

L'Eglise est là en attente, dans la prière et vibrant d'un même cœur. L'attente patiente et silencieuse où l'Esprit féconde la vie. Le temps de la germination.  Comme Marie, 33 ans plus tôt, et avec Marie, la jeune Eglise vit son annonciation.  Elle aussi dans le silence et la prière, le cœur brûlant d'amour.

Les grandes œuvres de Dieu ne se font jamais dans le bruit et l'agitation.  Dieu donne la vie dans le silence et la prière.  Il la donne aussi où la charité est vécue, où les cœurs sont unis.

C'est ce que saint Jean vient de nous redire une fois encore dans la 1ère lecture : « Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous.  Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit. »

Frères et sœurs, c'est dans la prière que se fonde et se refonde sans cesse l'Eglise.  C'est dans la prière qu'elle reçoit la grâce de l'amour et de l'unité.  Toutes nos communautés chrétiennes- en commençant par le couple et la famille- doivent toujours aller rechercher la force de dépasser leurs divisions dans la prière à l'Esprit Saint.  Dieu seul peut nous garder du mal des divisions.

Je vous invite à prendre du temps en ces jours pour la prière familiale, fraternelle, communautaire.  La prière qui nous refonde sans cesse : « Viens Esprit-Saint ! Viens nous apprendre à demeurer dans l'Amour !  Garde nous  du Mauvais qui est le diviseur ! Envoie-nous dans le monde comme témoins de l'Amour et de l'Unité ! »

Abbé Jean-Marie JADOT