L'Avent coïncide cette année avec les 70 ans
de la Déclaration universelle des droits humains .

Souvent oubliés, remis en question, les droits humains ne sont ni un luxe ni un acquis : ils sont un combat de chaque jour, notamment pour vaincre l'exclusion sociale et la pauvreté. Pour le chrétien, ils font écho au message de l'Évangile.

La pauvreté est à la fois une atteinte aux droits humains et la conséquence du non-respect de ces droits. En cette année anniversaire, plus que jamais, nous sommes invités à regarder autrement les exclus de la société, celles et ceux dont on oublie les noms et auxquel-les on appose des étiquettes : sans-abri, sans-emploi, sans-papiers... Comme si ces personnes n'existaient qu'à travers ce dont elles et ils sont dépourvus, au mépris de leurs potentialités.


Lire la suite...
Homélie du dimanche 31 décembre 2017 - Sainte Famille PDF Imprimer Email
Année 2017

« Dieu - Famille - Patrie »... un slogan qui a fait recette au début du siècle dernier...et qui a sans doute imprégné les valeurs et la mentalité de la plupart d'entre nous,...moins sans doute, beaucoup moins même, dans la jeune génération.  Pour une génération marquée par l'individualisme d'une part et par l'emprise de l'Etat d'autre part, l'Eglise du début du 20ème siècle avait voulu restaurer la famille comme cellule sociale et éducative de base, en en faisant même le modèle de toutes les autres.  Et il faut reconnaître que l'objectif fut assez remarquablement atteint jusqu'après la seconde guerre mondiale.

Mais depuis un demi-siècle, le processus de désagrégation de la famille est reparti de plus belle.  Familles éclatées ou recomposées, évolution des rôles de l'homme et de la femme, l'accroissement considérable de la longévité, possibilité des méthodes contraceptives, liberté des mœurs et bouleversement des comportements et des valeurs... sans m'appesantir sur les détails - nous sommes tous concernés et au courant de ces évolutions - je souhaiterais simplement, ce dimanche, en lien profond avec le mystère de l'incarnation du Fils de Dieu dans notre histoire humaine et très concrètement dans la famille de Nazareth, vous inciter à reprendre à neuf la question de la famille aujourd'hui, une question brûlante, passionnante et essentielle où je pense que la confrontation avec l'évangile n'a rien de ringard ni de contraignant.

L'Evangile est une parole libre qui nous invite à imprégner nos comportements et notre vie de l'amour du Christ, un amour où le respect de l'autre, où le service de de l'autre, l'appel à la générosité et au pardon deviennent le fer de lance de la vie.  Un amour qui nous pousse à la créativité.

En cette fête de la sainte famille de Nazareth laissons l'Evangile éclairer vos vies familiales, vos vies de couples, de parents, d'enfants.  La famille, c'est le lien le plus prioritaire de l'annonce et de la découverte de l'Evangile de l'amour.

La famille, les liens familiaux, tout ce qu'on peut y vivre comme relations de qualité, l'importance dans nos vies à chacun de l'affectivité et de notre sexualité, ce désir immense d'aimer et d'être aimé qui est au cœur de chacun de nous (quelque soit notre âge)...tout cela me dit qu'il faut risquer aujourd'hui une parole nouvelle et créer les conditions d'un dialogue nouveau entre l'Evangile et la foi chrétienne et toutes ces réalités tellement essentielles.

Quand il est question d'amour, je crois de tout mon cœur que ma foi au Christ a encore un bel avenir devant elle !  J'ai toujours été séduit par la parole de la lettre aux Hébreux que nous venons de relire : «grâce à la foi, Abraham obéit à l'appel de de Dieu... il partit sans savoir où il allait.  Grâce à la foi, Sara aussi, malgré son âge, fut rendue capable d'avoir une descendance parce qu'elle avait pensé que Dieu serait fidèle à sa promesse ! »

Alors, osons partir !  Osons donner la vie !  Osons risquer une parole qui n'apparaisse pas d'emblée moralisante mais qui donne du souffle et qui aide à vivre.  Osons quitter nos vieilles habitudes, osons être libres et rendre les autres libres, si c'est la foi qui nous conduit !  La plus lumineuse des paroles, c'est celle que nous vivons nous-mêmes !


Abbé Jean-Marie  JADOT