La Société Biblique Francophone belge a développé un programme de lectures bibliques pour l'année 2017. Sous la forme d'un calendrier, vous pouvez

---> lire quand vous le souhaitez un passage,
---> l'envoyer à un ami ou 
---> le recevoir chaque matin par email.

Découvrez le passage de ce jour ! Tout au long de l'année, suivez ce sentier d'émerveillement enrichi par la variété de nos traductions proposées.
(Parole de Vie, Nouvelle Bible Segond, Français Courant, Segond Colombe)


Homélie du dimanche 6 août 2017 - Transfiguration PDF Imprimer Email
Homélies 2017

Le récit biblique de la transfiguration nous fait vivre un avant-goût de la manifestation glorieuse de Jésus sur une haute montagne. Pierre, Jacques et Jean contemplent partiellement la gloire de Dieu à travers la luminosité sans pareille du visage et des vêtements de Jésus, selon la vision prophétique de Daniel. Mais c'est à Jérusalem, dans le mystère de la résurrection, précédé par l'évènement de la Croix, que Jésus va faire éclater la plénitude de sa gloire.  Pendant la scène, Moïse et Elie sont des témoins éloquents qui reconnaissent en Jésus le monopole de la loi et des prophéties.

Au cœur de la transfiguration, il y a un message-clé qui, sans doute, doit retenir notre attention. Ce message est tiré de la voix qui se fait entendre dans la nuée pendant que Pierre parlait encore de la construction éventuelle de trois tentes sur la montagne. C'est le Père lui-même qui, pour la deuxième fois après l'événement du baptême de Jésus dans le Jourdain, rend témoignage à son Fils en disant : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en qui j'ai toute ma joie : écoutez-le ! ». Pierre, dans sa deuxième lettre, affirme avoir entendu cette voix et ces paroles quand ils étaient avec Jésus sur la montagne sainte. Aux trois disciples Jésus est présenté comme l'envoyé de prédilection du Père qu'ils doivent écouter tout au long de leur marche vers Jérusalem. Voilà pourquoi, ils vont observer scrupuleusement la discrétion imposée par Jésus par rapport à la transfiguration avant sa résurrection.

Dans notre pèlerinage vers la Jérusalem céleste, le temps nous est donné de contempler mais aussi d'adorer le Christ ressuscité dans les saintes espèces eucharistiques. A chaque célébration de la messe, Jésus lui-même nous emmène sur la montagne pour prier avec Lui. Et, en cette occasion, Dieu nous demande d'écouter son Fils qui est au centre même de la liturgie de la Parole.

Ecouter Jésus, signifie d'abord découvrir, dans un climat de silence intérieur, sa présence lumineuse dans les saintes écritures, considérer que la Parole écoutée a réellement Dieu comme Auteur ; ensuite, accueillir avec joie cette lumière dans nos cœurs, du fait que la Parole de Dieu nous est adressée personnellement ; enfin, nous laisser guider par elle au quotidien, en témoignant de notre foi chrétienne dans la société. Car, comme disait Jésus : « Moi je suis la lumière du monde. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la lumière qui conduit à la vie. » (Jean 8, 12).

Ecouter Jésus, suppose donc pour nous accepter de faire un exode en profondeur, consistant à sortir de la maison de nos habitudes et assurances personnelles pour nous engager résolument à marcher sur le chemin de la lumière du Christ. Sur ce chemin, Jésus nous enseigne à aimer, à pardonner, à partager, à nous réconcilier... Cela nous paraît comme un grand défi à relever par rapport à notre monde d'aujourd'hui, où l'amour est substitué à la haine, le pardon à la rancœur, le partage à l'égoïsme, la réconciliation à la discorde... Avec un peu de volonté et de détermination de notre part, mais surtout par la grâce de Dieu, nous pouvons emboîter le pas au Christ en rendant beaucoup plus lumineuse notre société actuelle.

Puisse la Parole de Dieu ouvrir nos yeux de la foi et nos cœurs, afin que nous voyions réellement le Christ dans l'Eucharistie et que nous le recevions avec joie dans la communion. 


Abbé José Marie KALOMBO T. - Vicaire à Arlon