A partir du 6 mai , messe le samedi à St-Martin à 18h

Plus de messe le samedi soir à St-Bernard jusqu'au 1er novembre.


Homélie du dimanche 30 avril 2017 - 3ème dimanche de Pâques PDF Imprimer Email
Homélies 2017

Deux hommes quittent Jérusalem pour se rendre dans leur village. De quoi parlent-ils en chemin ? De ce qui s'est passé lors de la pâque. Comment en parlent-ils ? Avec  tristesse. En effet, ils sont confrontés à un événement qui leur paraît injuste et révoltant. Il fait voler en éclats leur conception de la vie, du bonheur et leurs espoirs en un monde nouveau dont parlait ce Messie nommé Jésus. Leur expérience et leur douleur sont identiques à celles des personnes qui affrontent la mort d'un proche, d'un enfant, d'un jeune, de jeunes parents...ou tout événement qui ébranle l'existence.

L'évangile nous dit que Jésus les rejoint mais ils ne le reconnaissent pas. Un dialogue s'engage, et Jésus va s'efforcer de faire avec eux une autre lecture de l'événement, en partant non de leur vécu ni de leurs sentiments, mais du point de vue de Dieu. Cela signifie donc qu'il est possible d'avoir deux lectures parfois différentes d'un même événement. La première part de notre point de vue, de nos réactions, de ce que nous sommes, de ce que nous portons dans notre cœur, de nos valeurs. Cela peut entraîner une large palette de comportements allant de la révolte la plus agressive, la plus irraisonnée jusqu'au fatalisme le plus passif. « C'est injuste...S'il y avait un bon Dieu...Il aurait pu éviter ça... »
La seconde lecture se base sur une autre vision et un autre comportement par rapport à de telles situations. C'est alors que l'on se pose des questions comme celles-ci : « Dans ce qui m'arrive et qui m'est imposé par la vie et les circonstances, ou par l'usage de ma liberté et de mes responsabilités : à quoi Dieu m'appelle-t-il ? Ici, il s'agit de lire l'événement selon la foi. Par exemple, quelqu'un m'énerve. Je peux réagir selon mon tempérament, mais je peux aussi me demander : Est-ce que ce ne serait pas Dieu qui m'appelle à être plus libre, plus tolérant, plus humain vis-à-vis de cette personne en essayant de comprendre la raison de sa réaction.

Pour Sainte Thérèse de l'enfant Jésus, tout événement peut devenir un appel à la confiance et à l'abandon. On parle souvent de la volonté de Dieu ou du plan de Dieu, ce qui pourrait laisser penser que c'est Dieu qui provoque ces événements. En réalité, Dieu se sert des situations et des aléas de notre vie pour nous appeler à la confiance en son amour infini. Tel est le chemin proposé aux disciples en route vers Emmaüs et à nous tous, sur les chemins, parfois chaotiques, de notre existence. Un réflexe de foi bien entretenu peut devenir une attitude, un socle et donc une base pour toute notre vie.


Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Doyen de Saint-Martin